Il y a quelques temps de cela un évènement tragique s’est produit : un avion A320 de la compagnie Allemande Germanwings s’est crashé le 24 mars 2015 dans les Alpes Françaises à 10h40.

Cet évènement a marqué les mémoires et les coeurs des familles détruites mais aussi de la population Européenne ; les victimes ne devaient pas décéder ainsi.

La personne à l’origine de ce crash est le co-pilote de l’appareil : Andreas Lubitz, 27 ans, souffrait d’une dépression sévère depuis quelques temps et avait des tendances suicidaires.

Malgrè cela, la compagnie, qui ne savait rien de tout cela, affirmait que le co-pilote était « à 100% en état de piloter ». Profitant de l’absence du pilote, le co-pilote s’est enfermé dans le cocpite.

Le pilote Sondheimer a fait tout son possible pour sauver les passagers en essayant de défoncer la porte du cocpite mais cela n’a pas suffit.

Plus de cent cinquante personnes sont mortes, des hommes, des femmes, des enfants, des lycéens ont périt dans ce crash. Des recherches eurent lieu entre le 16 et le 23 mars 2015 sur les évènements qui auraient pu insciter le co-pilote à se suicider et sur le fonctionnement des portes du cocpite », avait annoncé Christoph Kumpa, procureur de Dusseldorf.

Début avril la seconde boite noire affirma les attentions de Lubitz nous assure le journal Le point.Les détails du vol nous sont donc dévoilés par de nombreux journaux comme le parisien ou encore France bleu.

Cette histoire a fait ravage en particulier chez les pilotes : interview de monsieur Disson.

Ce pilote disait qu’Andreas Lubitz n’aurait jamais dû piloter un avion à cause de son état.

Laura Beaudoin